Author Archives: %s

Appel à propositions des projets pour lutter contre la Covid-19

09 Avr 20
Secretariat
No Comments

Afin de lutter contre l’épidémie du coronavirus le covid-19 en Afrique subsaharienne, UN YOUTH propose de soumettre une solution innovantedéployable rapidement, clôture des dossiers le 12 avril.
20 millions
de Dollars seront mis à disposition pour le déploiement du projet

Cet appel à projets de UN YOUTH, dans le cadre du plan de lutte contre le COVID-19 en Afrique, vise à disposer de propositions pour lutter contre la pandémie de COVID-19. Il porte sur la recherche de solutions, qu’elles soient d’ordre technologique, organisationnel, managérial ou d’adaptation de processus industriels, qui pourraient être directement mobilisables afin de : protéger la population, soutenir la prise en charge des malades, tester la population, surveiller l’évolution de la maladie au niveau individuel et l’évolution de la pandémie, ou aider à limiter les contraintes pendant la période de crise.

Ces solutions innovantes devront être facilement et rapidement reproductibles et s’appliquer à l’échelle de l’ensemble du territoire national dans l’enveloppe budgétaire définie.

Ce formulaire est ouvert à tous types d’opérateurs économiques : académiques, petites, moyennes entreprises, entreprises de taille intermédiaire, grands groupes, ONG, Association. Des groupements constitués de ces différents types d’opérateurs sont possibles.

Pour déposer un projet c’est ici : Appel à projets solutions innovantes pour lutter contre le COVID-19

Ces solutions devront être facilement et rapidement reproductibles et s’appliquer dans l’Afrique subsaharienne.

Un budget de 20 000 000 USD est prévu pour cet appel à projets, qui vise à financer un à plusieurs projets d’intérêt. 

Pour permettre le soutien d’un maximum de projets prometteurs, sauf exceptions dûment justifiées, les projets retenus par cet appel à projet.

Nous avons identifié un certain nombre de domaines et de situations concrètes pour lesquels nous pressentons des améliorations possibles : 

  • Protections individuelles ou collectives, soignants et populations (e.g. masques, « hygiaphones de fortune », concepts innovants de protection, de barrières, techniques de recyclage, Do It Yourself, etc.) ;
  • Gestion de la distance de sécurité entre individus ;
  • Automatisation de tâches pour le prélèvement, le nettoyage du matériel ou des salles ;
  • Facilitation du déploiement d’hôpitaux de campagne en soutien aux populations ; 
  • Gestion de crise, aiguillage, structuration/modularité des chaînes de prise en charge (e.g. gestion logistique, RH, etc.) ;
  • Production de nouvelles solutions de décontamination pour tout type de surface, pour petits et grands matériels, pour les espaces de vie, etc. ;  
  • Capacité de production en masse de solutions de décontamination ; 
  • Soutien à la prise en charge médicale (production du matériel ou traitement manquant, concept de recyclage, de détournement ou autre idée permettant de pallier ces manques) ;
  • Détection du virus dans l’environnement ; 
  • Diagnostic et autodiagnostic rapide et conduite à tenir associée – dépistage massif – dépistage participatif ; 
  • Gestion de l’impact psychologique individuel et sociétal (communication et sensibilisation sur la crise et l’épidémie, amélioration de la perception du risque d’épidémie, gestion de l’après crise, etc.) ;
  • Facteurs de limitation des déplacements et lutte contre la transgression ;
  • Amélioration du travail à distance (outils de continuité numérique, sécurisation, etc.) ;
  • Amélioration de la vie en isolement à domicile (numériques mais aussi hors solutions numériques) ;
  • Autres thèmes dûment argumentés.

Nous acceptons les propositions provenant de tous types d’opérateurs : académiques, petites, moyennes entreprises, entreprises de taille intermédiaire, grands groupes, ONG, Association. Des groupements constitués de ces différents types d’opérateurs seront possibles. En fonction du vecteur de financement ou d’acquisition utilisé.

Les propositions des opérateurs économiques sont également les bienvenues.

Contenu de la proposition

Compte tenu de l’urgence du projet, la présentation et les justificatifs devront être les plus concis et précis possibles. La proposition doit contenir les documents suivants :

le plan projet comprenant :

Un planning des développements et de la mise en service identifiant les jalons et les livrables permettant de suivre l’avancement du projet ; 

Un document de justification explicitant l’apport du projet pour chacun des 3 critères d’évaluation infra (impact, crédibilité, calendrier)

Sélection des projets d’intérêt

Critères obligatoires

Les propositions seront analysées au regard des critères obligatoires ci-dessous :

  • La solution proposée s’inscrit dans le périmètre de l’appel à projets (cf. « Ce que nous recherchons » et « Ce dont nous ne voulons pas ») ;
  • La proposition contient un plan projet ;
  • La proposition justifie l’intérêt du projet pour chacun des trois critères d’évaluation présentés infra.

Seules les propositions remplissant l’ensemble des critères obligatoires seront analysée lors de la sélection des projets.

Critères d’évaluation

Un comité d’évaluation impliquant différents experts de UN YOUTH évaluera les propositions au fur et à mesure de leur réception. Les évaluateurs ne sont pas autorisés à entrer en contact avec les déposants concernant leur proposition. Les évaluateurs ne pourront utiliser les informations contenues dans les propositions qu’aux seules fins de l’évaluation.

Cette évaluation sera fondée sur les 3 critères suivants :

  • Impact : les bénéfices anticipés (pour la population, les cycles de décision, les personnels de santé…) ;
  • Crédibilité : tout élément de preuve, scientifique ou technique, permettant de confirmer la faisabilité du projet ;
  • Calendrier : délai de mise en œuvre de la solution.

Le choix de financer une proposition est fondé sur les résultats d’évaluation, sur le coût de chaque proposition vis-à-vis du budget disponible et sur des considérations d’ordre stratégique.

Les déposants dont la proposition n’aura pas été retenue pourront demander un avis synthétique sur leur proposition. 

Modalités pratiques

Budget et contractualisation 

UN YOUTH prévoit un budget total de 20 000 000 USD, visant à financer 115 projets.   

Date limite de remise des propositions 

Les propositions de réponse sont attendues et évaluées jusqu’au 12 avril 2020. Les propositions tardives pourront être étudiées mais les chances de succès seront fortement réduites. 

Un accusé sera transmis dès réception de la proposition.

Important : en envoyant la proposition, le déposant accepte sans réserve les conditions de l’appel à projets.

Questions

Vous pouvez poser toute question relative à l’appel à projets via l’adresse suivante : contact@youth-un.org

Greta Thunberg dit aux dirigeants du monde «vous nous échouez», que les nations annoncent une nouvelle action climatique

24 Sep 19
Secretariat
No Comments

S’exprimant au début du Sommet de l’ONU sur l’action pour le climat lundi, Greta Thunberg, une militante du climat acclamée de 16 ans, n’a pas répondu à ses critiques à l’égard des dirigeants mondiaux, leur disant qu’ils n’étaient toujours « pas assez matures pour le dire tel qu’il est ».

« Les yeux de toutes les générations futures sont sur vous, et si vous choisissez de nous faire défaut, je dis, nous ne vous pardonnerons jamais. » Greta Thunberg, militante pour le climat

Elle a ajouté, sans ambages, “vous nous échouez, mais les jeunes commencent à comprendre votre trahison. Les yeux de toutes les générations futures sont sur vous, et si vous choisissez de nous faire défaut, je dis, nous ne vous pardonnerons jamais.

Mme Thunberg s’adressait directement à des dizaines de chefs d’État et de gouvernement, de chefs d’entreprise et de hauts représentants de la société civile du monde entier, qui ont fait la queue pour promettre des mesures de grande envergure pour vaincre le changement climatique, lors de l’événement d’une journée, qui s’est tenu au siège de l’Organisation à New York.

La préparation du Sommet comprend le dernier rapport scientifique sur le réchauffement climatique potentiellement catastrophique, des manifestations sans précédent pour l’action climatique et un battement de tambour constant de la part du Secrétaire général de l’ONU, qui a exigé que les dirigeants mondiaux viennent à New York avec « une action audacieuse et une ambition beaucoup plus grande ». En lançant le Sommet, il a ajouté : « Nous avons eu assez de discussions. » Il ne s’agit pas d’un sommet sur le climat. Vous ne négociez pas avec la nature. Il s’agit d’un sommet sur l’action climatique.M. Guterres a réitéré l’urgence et l’importance de la situation, décrivant le changement climatique d’origine masculine comme une menace existentielle lorsqu’il a averti que « si nous ne changeons pas notre mode de vie de toute urgence, nous mettions en péril la vie elle-même », mais a insisté sur le fait qu’il espérait que cet énorme défi mondial pouvait être surmonté.

Le fait qu’un si grand nombre de gouvernements, de villes et d’entreprises ont assisté au Sommet avec des engagements climatiques renforcés témoigne, a déclaré le Secrétaire général, à leur leadership et à l’investissement dans un avenir vert. Et les solutions et la technologie existent déjà, a-t-il dit, pour faire face à plus de 70 pour cent des émissions d’aujourd’hui.

« Il ne s’agit pas d’un sommet sur le climat. Vous ne négociez pas avec la nature. Il s’agit d’un sommet sur l’action climatique.

Cependant, ces solutions doivent être mises en œuvre, ce qui nécessitera des « transformations fondamentales dans tous les aspects de la société », en particulier la façon dont nous cultivons de la nourriture, utilisons des terres, alimentons nos transports et alimentons nos économies. Le chef de l’ONU a ensuite appelé à la fin des subventions aux combustibles fossiles et à ce que les pays déplacent les taxes des salaires vers le carbone.

Aller au-delà de Paris

Tout au long de la journée, les délégués ont expliqué ce qu’ils faisaient pour mieux s’adapter au changement climatique et réduire les émissions, et améliorer les engagements qu’ils ont tous pris dans le cadre de l’accord de Paris sur le climat de 2015.

Le Président du Chili, Sébastien Piaera, a annoncé la création d’une “Alliance ambition climatique”, réunissant les pays prêts à s’engager à une action renforcée d’ici 2020, et à travailler à la réalisation de zéro émission nette de dioxyde de carbone d’ici 2050. Ce dernier groupe comprend 65 pays, 10 régions, 102 villes, 93 entreprises et 12 investisseurs.

Pour détourner le monde de sa dépendance actuelle à l’égard des combustibles fossiles, l’Alliance du charbon au charbon a été élargie pour inclure 30 pays, 22 États ou régions, et 31 sociétés se sont engagées à repérer la construction de nouvelles centrales au charbon en 2020, et à passer rapidement aux énergies renouvelables.

À la fin du Sommet, les délégués ont entendu beaucoup plus d’engagements de la part des gouvernements et du secteur privé, comme l’annonce par le Club de financement du développement international d’un billion de dollars qui sera mobilisée pour le financement de l’énergie propre d’ici 2025 dans 20 pays les moins avancés, et l’engagement des petits États insulaires à s’engager à la neutralité carbone d’ici 2030; et ont été informés des progrès majeurs dans l’efficacité énergétique et le refroidissement, et un pas en avant par rapport aux dirigeants de l’industrie du transport maritime et de l’industrie lourde, qui visent à être neutre en carbone d’ici 2050.

“Vous avez donné un coup de pouce à l’élan, à la coopération et à l’ambition”, a déclaré M. Guterres à l’issue de la conférence, “mais nous avons un long chemin à parcourir”. Le chef de l’ONU a noté que la conférence des Nations Unies sur le climat qui se tiendra en décembre à Santiago,au Chili, sera la prochaine étape cruciale dans la lutte contre la crise climatique.

Nous sommes confrontés à une crise d’apprentissage », a averti le Secrétaire général de l’ONU à l’occasion de la Journée internationale de la jeunesse

04 Sep 19
Secretariat
No Comments

L’éducation est un puissant multiplicateur de développement qui joue un rôle central dans l’accélération des progrès à travers les 17 objectifs mondiaux. Pourtant, aujourd’hui, le monde est confronté à une crise d’apprentissage. « L’éducation d’aujourd’hui doit allier les connaissances, les aptitudes à la vie quotidienne et la pensée critique », a déclaré le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, dans son message à l’occasion de la Journée internationale de la jeunesse célébrée le 12 août 2019. « Il devrait inclure des informations sur la durabilité et le changement climatique. Et elle devrait faire progresser l’égalité des sexes, les droits de l’homme et une culture de paix “

C’est dans ce contexte que la 20e édition de la Journée internationale de la jeunesse a été célébrée sous le thème « Transformer l’éducation », mettant en lumière la nécessité pour la communauté internationale d’intensifier ses efforts pour que chacun ait accès à une éducation de qualité.

En effet, l’éducation doit générer des résultats d’apprentissage efficaces, le contenu étant adapté à son but, non seulement pour la 4ème révolution industrielle et l’avenir du travail et de la vie, mais aussi pour prendre des décisions éclairées tout au long de sa vie.

La commémoration officielle de la Journée, organisée par le UN YOUTH, a porté sur l’éducation inclusive dans le cadre du thème général. L’événement a comporté une table ronde en ligne, réunissant des représentants des Nations Unies et de jeunes experts. L’événement a exploré les innovations et les défis rencontrés pour offrir une éducation de qualité aux jeunes réfugiés, aux jeunes autochtones, aux jeunes handicapés et aux jeunes femmes. Il a également mis l’accent sur les partenariats pionniers voués à la promotion de l’éducation inclusive.

Des milliers d’entités des Nations Unies, d’États membres et d’organisations de jeunesse de tous les coins du monde se sont joints à UN YOUTH pour célébrer la Journée internationale de la jeunesse cette année, faisant preuve de soutien et d’engagement par l’intermédiaire des médias sociaux et des événements en personne.

La Journée internationale de la jeunesse a été créée en 1999 par l’Assemblée générale afin de promouvoir une meilleure sensibilisation au Programme des nations unies pour la jeunesse. Les Journées internationales de la jeunesse soulignent également les efforts déployés par les jeunes eux-mêmes.

Journée internationale de la jeunesse 2019 : « Transformer l’éducation »

11 Avr 19
Secretariat
No Comments

Le thème de la Journée internationale de la jeunesse 2019, « Transformer l’éducation »,met en lumière les efforts visant à rendre l’éducation plus pertinente, équitable et inclusive pour tous les jeunes, y compris les efforts des jeunes eux-mêmes. Enracinée dans l’objectif 4 de l’Agenda 2030 pour le développement durable , afin « d’assurer une éducation inclusive et équitable et de promouvoir des possibilités d’apprentissage tout au long de la vie pour tous », la Journée internationale de la jeunesse 2019 examinera comment les gouvernements, les jeunes et les organisations dirigées par les jeunes et les organisations axées sur la jeunesse, ainsi que d’autres parties prenantes, transforment l’éducation et comment ces efforts contribuent à la réalisation du Programme de développement durable de 2030.

Les statistiques nous rappellent que des transformations importantes sont encore nécessaires pour rendre les systèmes éducatifs plus inclusifs et accessibles : (1) Seulement 10 % des personnes ont terminé leurs études secondaires supérieures dans les pays à faible revenu; (2) 40 % de la population mondiale n’est pas enseignée dans une langue qu’elle parle ou comprend pleinement; et (3) plus de 75 % des réfugiés en âge d’être scolarisés dans le secondaire ne sont pas scolarisés. En outre, les jeunes autochtones, les jeunes handicapés, les jeunes femmes, les jeunes appartenant à des groupes vulnérables ou dans des situations vulnérables, etc. font face à des défis supplémentaires pour accéder à l’éducation qui respecte leurs divers besoins et capacités ainsi que reflète et embrasse leurs réalités et identités uniques.

Rendre l’éducation plus pertinente, équitable et inclusive est cruciale pour parvenir au développement durable. L’éducation est un « multiplicateur du développement » en ce sens qu’elle joue un rôle central dans l’accélération des progrès dans l’ensemble des 17 Objectifs de développement durable, qu’il s’agisse de l’éradication de la pauvreté, de la bonne santé, de l’égalité des sexes, du travail et de la croissance décents, de la réduction des inégalités, de l’action sur le climat ou de la construction de sociétés pacifiques. L’éducation devrait conduire à des résultats d’apprentissage efficaces, le contenu des programmes scolaires et de la pédagogie étant adapté à l’objectif, non seulement pour la 4ème révolution industrielle et l’avenir du travail et de la vie, mais aussi pour les opportunités et les défis que les contextes sociaux en rapide évolution apportent.

UN YOUTH signe une déclaration conjointe de coopération avec l’Union africaine sur les questions de jeunesse

21 Oct 13
Secretariat
No Comments

Pour conclure une visite officielle de deux jours en Éthiopie, l’Envoyé du  Secrétaire général de l’ONU sur la jeunesse, Ahmad Alhendawi, a signé hier une déclaration commune sur le renforcement de la coopération entre l’ONU et l’Union africaine (UA) sur la question de la jeunesse. La visite a eu lieu suite à une invitation officielle et a été organisée en étroite collaboration avec ONU-Habitat. La déclaration, signée par Alhendawi et le Commissaire de l’Union africaine aux ressources humaines, sciences et technologies, Martial De Paul Ikounga, met en exergue la collaboration  sur un éventail d’activités et les processus associés à la jeunesse, y compris le programme de développement de l’après 2015, la cinquième Conférence des ministres africains en charge de la jeunesse et le forum jeunesse de début 2014 et le Colloque mondial sur les politiques relatives à la jeunesse, une initiative à venir de l’Envoyé sur la jeunesse. Les deux parties sont également convenues de lancer une campagne conjointe de l’UA-ONU en 2014 sur le renforcement de la voix des jeunes d’Afrique dans le cadre de la Commission de l’Union africaine, dans la cadre du Plan d’Action du Système de l’ONU  sur la jeunesse.Pendant son séjour à Addis-Abeba, l’Envoyé a tenu une série de réunions avec des fonctionnaires de l’Union africaine, de l’ONU et du gouvernement éthiopien, ainsi qu’avec les organisations locales de la jeunesse et les représentants de la société civile. Les activités de la deuxième journée se sont achevées par une conférence de presse conjointe avec le commissaire M. Ikounga, au cours de laquelle l’accord a été annoncé.

Au début de sa visite, Alhendawi a, avec le ministre de la jeunesse de l’Ethiopie, parlé du programme des délégués de l’AG des Nations Unies, ainsi que les occasions de renforcer le travail des Nations Unies sur la jeunesse en Éthiopie. Il a également rencontré le coordonnateur résident de l’ONU, M. Emmanuel Etima de l’Observatoire africain sur les pratiques politiques et les études sur la jeunesse, qui lui a fait un exposé sur les  prioritaires du développement de la jeunesse et les programmes en cours pour la jeunesse et les mécanismes de participation des jeunes à l’échelle continentale. Par ailleurs, l’Envoyé a entrepris des discussions–axées sur le renforcement des programmes des Nations Unies pour la région–avec les membres de l’équipe de pays des Nations Unies, le Secrétaire exécutif de la Commission économique pour l’Afrique et le directeur du bureau du PNUD pour l’Afrique.

Lors d’une discussion sur la paix et la sécurité en Afrique et le rôle des jeunes dans la conduite de l’agenda de paix et de développement en Afrique, l’Envoyé a rencontré des représentants de l’Institut pour la paix et les études de sécurité, Plan International et Oxfam International.